From our president, Dr. John Dannenberg

En Français

Les missionnaires de la Baptist Mid-Missions ont commencé à travailler au milieu de l’Afrique en 1920. Au cours de ces premières années, et jusqu’à la fin du siècle, différentes écoles ont été fondées pour dispenser une formation pastorale et de leadership laïc. Lors d’une réunion de planification stratégique en 2008, les représentants pastoraux des églises ont déterminé que la fondation d’une faculté de niveau supérieur était une priorité. 

FIBAT est né en 2011 en réponse à la prière , et elle continue comme réponse à la prière. Cette Faculté est nécessaire car les niveaux d’éducation nationale augmentent, tandis que la présence missionnaire étrangère diminue . C’est à la fois un honneur pour moi d’être l’un des membres fondateurs de la FIBAT et d’être choisi comme son premier président.    

Nous regardons en arrière avec étonnement et reconnaissance à ce que Dieu a fait. La direction administrative est engagée et talentueuse. Les enseignants, hommes et femmes, fournissent un haut niveau d’expertise biblique et scientifique, et chacun est qualifié par des diplômes ainsi que des expériences pratiques du ministère. Trois ceremonies de graduation (2016, 2018, 2020) ont produit vingt-cinq personnes avec diplômes théologiques avancés, et à peu près le même nombre avec certificats bibliques. Les ressortissants de la FIBAT servent à travers le pays comme pasteurs, implanters d’églises, enseignants et administrateurs. 

Défis

Le premier défi majeur est le fardeau financier continu par les étudiants. Il est important de payer ses propres écolages, mais les étudiants de la FIBAT viennent d’une économie dévastée et sont souvent confrontés à un choix horrible: s’occuper d’abord de leur propre survie ou payer les frais de scolarité. Les possibilités d’emploi local sont peu nombreux, et l’instabilité politique lute contre les donateurs locaux qui voudrais répondre au besoins.

Le deuxième défi consiste à créer un campus pour abriter les cours et le logement. La FIBAT organise actuellement des cours dans des établissements empruntés. Un campus autonome est nécessaire à la fois pour les exigences gouvernementales et pour l’acceptation culturelle. Il faut savoir aussi que le pays ne dispose pas d’une infrastructure Internet adéquate. 

Troisièmement, il y a le défi d’élever les niveaux académiques actuelles. La FIBAT cherche à encourager et à permettre aux professeurs actuels d’obtenir des doctorats, afin que la Faculté puisse établir son propre programme de doctorat. Un tel programme permettra à la FIBAT de servir plusieurs organisations, y compris les instituts bibliques et les collèges bibliques des pays francophones. 

Par conséquent, la FIBAT juge nécessaire de faire appel aux donateurs locaux et internationaux. La FIBAT ne peut pas fonctionner sans des finances pour soutenir le programme.   

Plans futurs

Par la grâce de Dieu, que réserve l ‘avenir à la FIBAT?

  • Occuper le terrain du campus en 2021, en quittant, si possible, le lieu provisoire actuelle.
  • Hisser le niveau des professeurs dans les 5 ans à venir afin que la FIBAT commence son propre programme de doctorat.
  • Agrandir le renommé de la FIBAT à travers le travail des ressortissants bien competent qui servent comme agents de la Grande Commission.

Résultats

La qualité éprouvée des diplômés de la FIBAT devrait élargir aussi les horizons de service. Il y aura toujours des besoins des églises locaux de la RCA, mais il y aussi toute l’Afrique francophone à considerer. Les dirigeants formés dans le contexte Africaine de la FIBAT serve comme moteurs pour les églises, les ministères para-ecclésiaux, et pour faire avancer le saveur de Jesus dans la société et dans toute l’Afrique centrale . Que Dieu soit glorifié à travers la presence et le succès des leaders formé pour servir leurs propres ethnies et plus. 

In English

Baptist Mid-Mission missionaries began work in the middle of Africa in 1920. In those early years,  and until the turn of the century, different schools were founded to provide pastoral and lay leadership training. A 2008 strategic planning meeting of Central African pastors, determined that  higher level training was a vital priority.  

FIBAT was born in 2011 in answer to prayer, and continues as an answer to prayer. This Seminary  is needed as national education levels are rising, while onsite foreign missionary presence is  declining. It is both my honor to serve as one of the founding members of FIBAT and to be chosen  as its first President.  

We look back in amazement and gratitude at what God is doing. The administrative leadership is  committed and talented. The teachers, both men and women, provide a high level of Biblical and  scholarly expertise, and every one has earned degrees as well as ministry experience. Three FIBAT  graduations (2016, 2018, 2020) have produced twenty-five alumni with advanced theological  degrees and nearly the same number with certificates. Alumni now serve as pastors, church planters,  teachers and administrators across the country.  

Challenges 

The first major challenge is ongoing financial support for students. There is significant value in  paying one’s own way, but these gifted students come from a devastated economy and often face a  horrid choice: take care of their own survival first, or pay tuition. Local employment opportunities  are few, and political turmoil hinders the stability that would allow local donors to meet the need.  

The second challenge is the task of birthing a fully functional, stand alone campus for classes and  housing. FIBAT is currently holding classes in borrowed facilities. A stand alone campus is needed  both for governmental requirements and cultural acceptance, especially since the country lacks  adequate internet infrastructure.  

Third is the challenge of raising academic levels. FIBAT is seeking to encourage and enable current  professors to earn Doctorates, so that the seminary can establish its own Doctoral program. Such a  program will enable FIBAT to serve multiple organizations, including the Bible Institutes and Bible  Colleges of francophone countries.  

Therefore FIBAT must prayerfully appeal to local and international donors. The vision cannot function without sustaining finances to underwrite the program.  

Future Plans  

By God’s grace, what does the future hold for FIBAT?  

Occupy the campus property, moving out of current borrowed facilities in 2021 if possible. 

Level-up current teachers so that FIBAT begins its own Doctoral program within 5 years. 

Extend tested leadership throughout the region, serving as a Great Commission workforce.  

Results 

The proven quality of FIBAT graduates ensures the Seminary should look beyond our immediate  churches and reach the entire region. Nationally trained leaders empower churches, para-church  ministries and the greater society of Central Africa. May God be glorified as graduates go forward  as leaders to their own population.